Le carnet de François Miquet-Marty

Stratégie d'entreprise

FTlogo03.11.15

François Miquet-Marty est consulté par le Financial Times concernant la perception par la population française d'Emmanuel Macron.

L'article (en anglais) est disponible sur le site du FT.com

Captura3FT

LesEchos
03.11.15

Les Echos publie les résultats de la dernière enquête entre Viavoice Mindded-Des Enjeux et Des Hommes- Ekodev. François Miquet-Marty insiste sur les enseignements principaux.

"Selon une étude Mindded-Des Enjeux et Des Hommes- Ekodev, 78 % des salariés interrogés accordent une place importante à la RSE et pour moitié ils estiment que leur entreprise s’y intéresse. Ils se disent toutefois insuffisamment informés.

Bonne nouvelle, plus de 7 salariés sur 10 considèrent désormais que la RSE est créatrice de valeur et de performance et aspirent à y contribuer. Longtemps vu comme un artifice de communication, l’enquête conduite par l’institut Viavoice Mindded-Des Enjeux et Des Hommes-ekodev sur les « salariés et l’entreprise responsable », montre que près des deux tiers des collaborateurs espèrent de ces initiatives un impact positif sur l’évolution des comportements, la qualité des relations, l’évolution des process et des outils internes. Les conditions de travail sont évidemment citées comme le sujet à développer en priorité, loin devant les questions relatives aux droits de l’homme et la protection de l’environnement. La RSE n’est plus seulement perçue de façon défensive (pour garantir le droit d’opérer ou gérer des risques) mais bien comme contributive au business. « Ce score très élevé nous a agréablement surpris. La RSE n’est donc plus considérée comme un « nice to have », remarque Nicolas Crabot, fondateur de Mindded"

Liberation

03.11.15

François Miquet-Marty était l'invité des rencontres de Libération pour présenter quelques données d'opinion concernant le sujet : 'L'autorité est-elle un remède dépassé ?' 


L'autorité est-elle une valeur dépassée ? par liberation

Figaro
02.11.15

Cop21CadresPour cette nouvelle édition du baromètre de Viavoice, HEC et France Inter, le journal publie une synthèse avec les opinions de François Miquet-Marty.

"(...) Ils doutent de l'action des Etats mais souhaitent que les entreprises se fixent des «objectifs contraignants» selon le Baro-éco de Viavoice pour HEC, Le Figaro et France Inter..."

L'article est disponible sur le site de Le Figaro.

LCP
30.10.15

François Miquet-Marty était un des invités sur l'émission 'Ça Vous Regarde', le 30 octobre, sur LCP. À voir en Replay ici

Que faire face à l’afflux de réfugiés en Europe ? Cette question embarrasse le continent depuis plusieurs mois désormais. Le chaos syrien et l’horreur de la guerre provoque le départ de centaines de milliers de familles qui se retrouvent pour la plupart, lorsqu’ils sont parvenus à traverser la mer méditerranée, à l’est de l’Europe avec souvent un même objectif : rejoindre l’Allemagne, la Suède ou l’Angleterre. Sur la route de la Grande-Bretagne : la France et Calais. La ville du Nord doit accueillir aujourd’hui des milliers de personnes, entassées dans la « jungle », qui espèrent passer, par n’importe quel moyen, de l’autre côté de la Manche. Ils seraient 6000 à y survivre, dans des conditions sanitaires « inhumaines » selon l’ONG Médecins du Monde.

Les Français eux, ne semblent pas favorables à un accueil massif des réfugiés. Selon une enquête menée par l’Ifop et publiée dans le Monde daté d’hier, ils sont seulement 54% à considérer que « c’est le devoir de notre pays que d’accueillir des migrants qui fuient la guerre et la misère ». Ils sont 79% en Allemagne. Pourtant, la France semble n’être qu’un lieu de passage vers d’autres pays, plus attrayants sur le plan économique. Comment expliquer la réticence des Français à accueillir les réfugiés ? Que faire pour améliorer la situation à Calais ? Pourquoi les pays européens ne parviennent pas à s’entendre sur une politique commune ?

Sous-catégories