Le carnet de Jean-Philippe Moinet

Débats

logo lcinew

31.08.17

Jean-Philippe Moinet était invité par LCI, dans le cadre de sa nouvelle émission « La République LCI », co-animée par Julien Arnaud et Roselyne Bachelot.

Réactions sur l'entretien du Président de la République Emmanuel Macron publié par Le Point et sur ces nombreuses déclarations. 

JPM Macron LCI

Retrouvez l'intégrale de son intervention ici

Huffpost

20.04.17

Le pays va-t-il se réveiller, au lendemain du premier tour de la présidentielle, avec une énorme gueule de bois ? La question doit être largement posée car, comme l’a très justement titré Le Parisien : « lundi prochain, il sera trop tard » !...

Huffpost

14.01.17

Insaisissable, fluide, volatil, liquide... la mesure des "intentions" de vote donne le tournis, et des migraines, aux politologues, sondeurs, candidats, journalistes, analystes, citoyens eux-mêmes sans doute. Aux scrutins de 2016, les boussoles se sont affolées et il faut tenter d'en tirer les enseignements : Brexit, primaires de la droite, Trump... ce n'est plus le roulis de la navigation électorale qui donne le mal de mer, c'est une houle impressionnante avec des vagues hautes comme des montagnes russes...

TV5

08.01.17

Jean Philippe Moinet était l'invité de l'émission "Le Kiosque" de TV5 Monde. Une émission présentée par Silvia Garcia. Voir le replay ici

Au programme de l'émission : la République démocratique du Congo, le piratage russe et la fiabilité des sondages. Débat en plateau avec : Nicholas Vinocur, correspondant à Paris pour l'édition européenne de Politico, le média américain d'information politique, Tania Rakhmanova, documentariste, auteure de "Au coeur du pouvoir russe", Ousmane NDiaye, responsable du service Afrique de l'hebdomadaire français "Courrier International" et Jean-Philippe Moinet, chroniqueur, fondateur de la Revue Civique, directeur conseil à l'institut Viavoice.

France24

10.09.16

A l’occasion d’un rassemblement des « frondeurs » du PS (réunis à La Rochelle), Jean-Philippe Moinet, fondateur de la Revue Civique et directeur conseil de l’institut Viavoice, analyse pour France 24 le rapport de force engagé entre la gauche de gouvernement (ancrée dans les réalités du pouvoir et qui n’a pas renoncé au projet de solidarité européenne) et « la gauche de rupture », qui se répartit explique-t-il en trois catégories : les frondeurs du PS, engagées dans la logique des primaires de la gauche socialiste ; JL Mélenchon, parti avec virulence dans une démarche présidentielle hors primaires ; et l’extrême gauche radicale, qui aura aussi son -ou ses – candidat(s). L’appel à l’unité du communiste Pierre Laurent est un vœu, dans ce contexte, très pieux.