Le carnet de Jean-Philippe Moinet

Débats

France24

20.07.16

JPM France 24

Pour le fondateur de la Revue Civique, Jean-Philippe Moinet (ici sur le plateau de France 24 ; 19/07/16), interrogé par cette chaîne, après l'attentat de Nice, sur l'état d'urgence et l'actualité du terrorisme, "un double piège", tendu par les terroristes djihadistes et Daesch est à éviter :

-celui de la "spectacularisation de leurs actes", qui conduit à une réflexion sur la responsabilité des médias, en de telles circonstances, pour ne pas pousser "l'effet de loupe médiatique" à ce qui ressemblerait à une publicité, indirecte, fondée sur l'émotionnel et le morbide, conduisant à finalement valoriser l'acte terroriste.

-celui de la division nationale, qu'elle soit d'ordre politique (quand les polémiques personnelles ou politiciennes prennent le dessus sur le débat légitime et la gravité du sujet), ou d'ordre sociétal (quand des tensions ou violences risquent de s'aviver dangereusement, sur la base des origines ou des croyances, réelles ou prétendues, des citoyens).

12.05.16

Professeur de philosophie avant d’enseigner les sciences politiques à l’université de Paris II, Francis Balle, ancien membre du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), est l’auteur de livres de références (dont « Médias et Sociétés », LGDJ/Lextenso). Il vient de publier un essai profond, d’analyse de l’époque contemporaine, de « l’hypermodernité » et des dérives qui peuvent la caractériser ou la toucher : « Le choc des incultures » (Ed de l’Archipel). Un essai éclairant sur les contrastes du monde et de nos sociétés. Qui a suscité nos questions.

Francis BALLE -11- mai 2016

19.02.16

Olivier Poivre d’Arvor, Ambassadeur en charge l’attractivité de la France, invité d’un petit déjeuner du club Viavoice (fév 16), s’est confié sur son parcours et exposé le sens de sa mission sur l'attractivité de la France.

doc 2

HuffingtonPost

12.02.16

Tribune de Jean-Philippe Moinet sur le Huffington Post, que l'on peut relire ici :

Et si le pire, en politique comme ailleurs, n’était pas certain ? Le disque de l’inexorable ascension du FN – « qui-accèdera-à-l’Elysée-sinon-en-2017-en-tout-cas-après » – n’est-il pas entrain de s’enrayer ?

Un peu seul en 2015, alors que le mouvement d’extrême droite faisait ses meilleurs scores, j’estimais néanmoins déjà que le FN bénéficiait à la fois de toute une série de crises cumulées (politiques, économiques, sociales, culturelles) et d’un cycle d’échéances favorables qui allaient prendre fin : les élections dîtes « intermédiaires »  (municipales et européennes en 2014, départementales et régionales en 2015) considérées comme sans enjeux importants de pouvoir et donc utilisées comme une soupape d’expression pour toutes les craintes et protestations, étaient nécessairement favorables. Et il y en a eu, des craintes et des radicalités, en 2015…

Urne-et-carte-électorale

HuffingtonPost

08.01.16

Lire l'article complet dans le site du Huffington Post

JuppeVallsEn matière de popularité, les deux champions de l'opinion sont nettement confirmés, en ce début 2016, année de tous les échauffements pour la grande course présidentielle. Alain Juppé et Manuel Valls, dans leur camp respectif, sont en surplomb. Le premier domine le chef du parti, Nicolas Sarkozy, le second domine le chef de l'Etat, François Hollande, la situation étant peut-être plus difficile à gérer, pour l'hôte de Matignon.