Le carnet d'Aurélien Preud'Homme

Etudes

Logo atlantico

Qui est Emmanuel Macron ? Que propose-t-il vraiment ? Devenu très populaire en l'espace de quelques mois, l'ancien patron de Bercy est toujours une énigme et sa personnalité reste difficile à cerner. Car le phénomène est plus complexe qu’il n’y paraît. Qui est Emmanuel Macron ? La question peut surprendre, tant le personnage a envahi en quelques mois, sans que nous ne le connaissions il y a à peine trois ans, les médias, la scène politique, les discussions quotidiennes, des comptoirs de cafés aux diners familiaux. « Où est Emmanuel Macron ? » est même devenue la question obsédante des états-majors face à un ovni politique peu identifiable, mais de plus en plus identifié par les électeurs. Que propose Emmanuel Macron ? Là encore il est parfois difficile de répondre, entre un candidat « Ni droite ni gauche » et « libéral » jugé « populiste » et « antisystème » alors qu’il se revendique des « progressistes » et même d’une certaine « révolution ».

HuffingtonPost

A l'aube d'une élection présidentielle pleine de questions pour la démocratie, l'institut Viavoice en partenariat avec Le HuffPost, lance un "indice sociétal" agrégeant un ensemble d'indicateurs non-économiques mais liés aux sentiments des Français sur la société : Ne plus se contenter d'indicateurs macro-économiques pour chercher à comprendre la société ! Si les analyses sur l'état de la société se multiplient, elles sont le plus souvent focalisées sur des données économiques. PIB, taux de chômage, salaire médian, indice des prix à la consommation, investissements, épargne, prix des matières premières, des actions, des obligations, des emprunts d'Etat... Certes ces grands indicateurs économiques nous semblent tout à fait légitimes voire indispensables à la compréhension des conjonctures économiques et sociales. Mais ils nous semblent toutefois insuffisants pour en mesurer la portée réelle, sensible, voire symbolique...

Lorsque l'on parle de jeunes ou de jeunesse en sciences humaines, il est difficile de ne pas évoquer Pierre Bourdieu, qui affirmait en 1978 que « la jeunesse n'est qu'un mot », sous-entendu, pour paraphraser un autre de ses écrits qui a fait date, qu'elle « n'existe pas » en tant qu'entité homogène, délimitée et définissable aisément. C'est une précaution qui, en rappelant que les divisions par âges sont des constructions sociales par essence arbitraires et englobant des réalités de vies très différentes selon les individus et leur milieu social, permet au sociologue et au politologue de parler de la jeunesse, ou plutôt des jeunesses, puisque c'est ici le sujet qui nous intéresse, en acceptant le terme dans toute sa diversité...