Espace HEC

HEC Figaro FranceInter

07.03.16

Parité en entreprises : sous les efforts, des archaïsmes ? La parité progresse dans les entreprises, selon les cadres. Invités à se prononcer sur ce sujet, 76 % d'entre eux pensent que les efforts des entreprises pour améliorer la parité et l’accès des femmes à des postes à responsabilités sont « plus importants qu’il y a quelques années ». Pour autant, derrière cette évolution notable, se cache une large part de déception vis-à-vis des actions des entreprises en faveur de la parité

HEC      FranceInter  Figaro 

Lundi 8 février, à l’occasion des 12 ans (et de la 120ème édition) du « Baro Eco » Viavoice pour HEC, Le Figaro et France Inter, l’occasion était donnée pour réfléchir à un sujet au combien d’actualité : « L’entrepreneuriat de demain » : Comment penser l'économie française de demain et les potentialités offertes par l'entrepreneuriat ? Quelles sont les perspectives pour l'entrepreneuriat et comment le constituer en un levier d'avenir ?

Après la présentation de l’historique et du sens du Baro Eco par François Miquet-Marty, président de Viavoice, Jean-Philippe Moinet, fondateur de la Revue Civique et directeur conseil de Viavoice, a piloté une session d’échanges et de débats avec :

-Etienne Krieger, Professeur à HEC Paris, Directeur scientifique du Centre d'entrepreneuriat ;

-Frédéric Iselin, Professeur à HEC Paris, Directeur scientifique de plusieurs programmes d'entrepreneuriat ;

-Yann Le Galès, Rédacteur en chef adjoint au service "Economie" du Figaro ;

-Bruce de Galzain, Chef du service "Economie et Social" de France Inter.

Baro Eco du 8 février 2016 1

Baro Eco du 8 février 2016 4

 

 

HEC Figaro FranceInter
01.02.16

GraphBaroEcoDecembre2015Baisse du moral des cadres. L'indice du "moral des cadres" perd 5 points, à -35. Ce repli s'explique notamment par une progression des inquiétudes en matière d'emploi, en dépit des annonces effectuées par le président de la République. La possibilité à terme d'une nouvelle dynamique de l'entrepreneuriat : pour relancer la croissance, l'entrepreneuriat est certes pénalisé à court terme aux yeux des cadres par la fiscailté (63 %) et par les complexités administratives (63 %). Mais il existe à terme la possibilité d'une nouvelle dynamique de l'entrepreneuriat, favorisée par un potentiel (47 % des cadres déclarent avoir déjà pensé à créer leur propre entreprise), par des mutations économiques et sociétales propices, et par des opportunités en matière d'innovations.

HEC Figaro FranceInter
07.12.15

GraphBaroEcoDecembre2015Le grand clivage nord-sud, ou vers un nouvel ordre économique du monde ? La vision des cadres sur le monde qui vient.
L’histoire serait écrite : au cours des années qui viennent, les États-Unis et la « vieille Europe » perdraient de leur lustre sur la scène économique mondiale, tandis que la Chine s’imposerait avec force. La « guerre économique » de demain n’opposerait-elle pas le vieil Oncle Sam à l’Empire du Milieu ? À ce scénario simple, les cadres n’adhèrent pas véritablement, et lui substituent une toute autre vision, celle d’un nouvel ordre économique du monde. C’est ce que révèle cette nouvelle livraison du « Baro éco » réalisé par Viavoice pour HEC, Le Figaro et France Inter. En outre, après les attentats du 13 novembre à Paris, les cadres affichent, en réaction, un regain de mobilisation pour l’avenir.

HEC Figaro FranceInter
03/11/2015

Vers l’accomplissement d’une synergie économique et environnementale ?Conférence de Paris sur les changements climatiques : des cadres très sceptiques concernant l’issue de la COP21 et qui en appellent massivement à la mobilisation des entreprises.

La chose est entendue, ou à tout le moins de plus en plus consensuelle. Comme une grande partie de l’opinion publique, comme le chef de l’État lui-même qui annonçait devant l’Assemblée générale des Nations Unies que « Rien n'est gagné pour la COP, tout reste possible », les cadres français s’avèrent sceptiques quant à la possibilité d’arriver à un accord international ambitieux lors de la prochaine conférence des parties sur les changements climatiques (COP21). Pour autant, l’heure ne semble pas être au défaitisme, mais à la mobilisation : celle des États et des responsables politiques mais également celle des entreprises, que les cadres estiment aujourd’hui encore trop frileuses dans leurs engagements.