CciFrance RadioFrance LesEchos
 
04/07/2013
 

« Des signaux encourageants de reprise économique » ? Le vœux pieux du Président de la République lors du lancement de la deuxième conférence sociale du quinquennat en a étonné plus d’un, alors que l’Insee vient de confirmer la récession de l’économie française aux 4e trimestre de 2012 et 1er trimestre de 2013, que la consommation patine et le chômage continue d’augmenter dans des proportions importantes.

Pour autant, il existe bel et bien des signaux de timides retours d’activité en ce milieu d’année, que les dirigeants d’entreprise semblent les premiers à anticiper : deux tiers d’entre eux (67 %) déclarent ainsi aujourd’hui avoir confiance dans la situation de leur propre entreprise, en hausse de 4 points, tandis que leurs perspectives de trésorerie et de chiffre d’affaires sur l’année s’améliorent également. L’industrie, notamment, semble profiter d’une meilleure demande extérieure.

Malgré ces bons augures, les dirigeants sont loin d’attendre un retour de l’emploi à moyen terme puisque seuls 5 % d’entre eux pensent que le souhait de l’exécutif d’inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année est envisageable. Signe qu’une amélioration de la conjoncture, si elle se confirme, n’aura pas pour autant un impact immédiat sur le plan social, qu’il s’agisse de l’emploi ou du pouvoir d’achat des ménages.

Des signaux de reprise significatifs, notamment dans l’industrie

L’amélioration des perspectives des dirigeants d’entreprise apparaît significative à plus d’un titre :

  • Car elle concerne en premier lieu les anticipations micro-économiques, mieux à même de faire ressortir la réalité des carnets de commande actuels : 67 % des dirigeants se disent ainsi confiants pour leur propre entreprise (+4), 56 % pour leur trésorerie (+3), 54 % pour leur chiffre d’affaire (+3), et enfin 47 % pour le résultat net de l’année en cours (+5).
  • Car cet optimisme relatif est particulièrement important dans l’industrie, un secteur jusque là particulièrement touché par la crise et essentiel en matière d’emploi et de compétitivité : 72 % des dirigeants d’entreprises industrielles se déclarent confiants pour leur entreprise.
  • Enfin, car les perspectives macro-économiques se redressent également, tout en restant très pessimistes : 20 % des dirigeants se disent aujourd’hui confiants pour l’économie française (+3), 12 % pour la croissance (+2) et 12 % également pour l’emploi (+4).

Enfin, ces chiffres apparaissent d’autant plus significatifs dans le contexte actuel qu’ils font écho à l’amélioration du climat des affaires en juin (Insee) et aux signaux de reprise enregistrés à l’échelle européenne par les indicateurs mensuels de l'OCDE. Le secteur industriel semble profiter quant à lui d’une progression des exportations au deuxième trimestre, limitant d’autant l’impact d’une demande intérieure toujours atone.

Des dirigeants largement sceptiques sur l’inversion de la courbe du chômage et opposés à toute augmentation des charges patronales

L’ambition affichée d’inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année, martelée par l’Elysée comme par le gouvernement ces derniers mois, laisse les entrepreneurs très sceptiques : de manière quasi-unanime, 95 % d’entre eux ne pensent pas cette promesse réalisable.

En effet, si le moral des dirigeants d’entreprise s’améliore, la situation économique reste difficile, et les perspectives de croissance faible, pour 2013 comme pour 2014. Or un réel retour de l’emploi en France ne devrait se produire qu’à la suite d’un retournement de conjoncture solide sur le long terme, ce que l’incertitude actuelle ne permet pas.

Dans ce contexte, la sensibilité des dirigeants aux impératifs de compétitivité reste forte, et ceux-ci rejettent en bloc toute augmentation des cotisations patronales dans le cadre de la future réforme des retraites : seuls 19 % d’entre eux jugent ainsi qu’une telle mesure serait « acceptable » par leur entreprise, contre 80 % « pas acceptable ». Une donnée qui devrait peser, selon toute attente, dans les négociations tripartites entre gouvernement et partenaires sociaux (patronat et syndicats), prévues dès cet été.

François Miquet-Marty et Aurélien Preud’homme

Télécharger en pdf le Sondage Viavoice pour CCI France, Radio Classique et Les Echos - juillet 2013