HEC Figaro FranceInter
 
03/06/2012
 

Leclerc, Niel et Pepy

Réalisé tous les ans depuis 2010 au sein du «  Baro Éco » Viavoice – HEC - Le Figaro -France Inter, le palmarès des dirigeants d’entreprise évalue la popularité des dirigeants d’entreprises françaises les plus présents à l’esprit des cadres (question de notoriété spontanée).

Michel-Edouard Leclerc est cité en tête de ce classement avec 60 % de bonnes opinions, bénéficiant de son exposition médiatique et d’une stratégie gagnante qui a vu le groupe Leclerc progresser au détriment de son principal concurrent Carrefour.

Il est cette année suivi de près par Xavier Niel (54 %), dont l’action a été popularisée par l’arrivée de Free parmi les opérateurs de téléphonie mobile en début d’année, ce qui lui permet de réaliser son entrée au sein du classement à la deuxième place. Parfois comparé à Steve Jobs pour sa stratégie de lancement de ses offres mobiles très médiatisée, et plus largement pour sa volonté d’innovation dans les nouvelles technologies, l’image du dirigeant de Free ne semble ainsi pas souffrir, auprès des cadres, des problèmes techniques connus par l’opérateur ces derniers mois.

De manière plus générale, la popularité des dirigeants a tendance à progresser, ce qui s’explique notamment par des polémiques moins importantes qu’en 2011 concernant les grands groupes français :

  • L’image de Guillaume Pepy, fragilisée en 2011 par les grèves connues à la SNCF, connaît une forte progression (46 %, +12) ;
  • L’image de Carlos Ghosn progresse également à 30 % (+6), se rapprochant de son niveau de 2010 (38 %) précédant les affaires d’espionnage industriel qui avaient fait polémique après le renvoi de cadres dirigeants de Renault, innocentés par la suite.

Le moral des cadres poursuit sa progression, notamment sur les perspectives macro-économiques

L’indice synthétique du moral des cadres s’améliore (+2), bénéficiant d’une situation économique apparaissant de moins en moins difficile pour beaucoup de cadres :

  • Sur le registre macro-économique d’abord, puisque pour la première fois depuis un an une minorité d’entre eux (49 %) pensent que le niveau de vie en France se dégradera dans les mois à venir, score en baisse de 8 points depuis un mois et de 27 points depuis novembre 2011 ;
  • De même, 63 % des cadres anticipent une augmentation du chômage, résultat en baisse de 10 points depuis un mois et de 24 points depuis novembre.

Ainsi la progression des indicateurs macro-économiques sur le premier semestre 2012 révèle un regain d’optimisme après une fin d’année 2011 caractérisée par des sommets européens à répétition (avant que ne soit signé le Pacte budgétaire). Les perspectives économiques des cadres retrouvent ainsi leur niveau d’il y a un an, avant l’exacerbation de la crise de la dette à l’été 2011.

En revanche, les perspectives personnelles ne suivent pas cette tendance, et apparaissent caractéristiques de difficultés toujours prégnantes au sein des entreprises françaises :

  • La motivation demeure ainsi faible, puisque seulement 36 % des cadres jugent leurs collaborateurs « motivés », résultat en baisse de 3 points, tout comme les opportunités professionnelles, jugées actuellement « importantes » par 17 % des cadres (-3) ;
  • Enfin, seuls 15 % (-1) des cadres pensent que leur situation financière s’améliorera dans les mois qui viennent.

Entre améliorations perçues des perspectives économiques générales et difficultés internes au sein des entreprises, les cadres français dressent ainsi le portrait d’une situation améliorée mais somme toute incertaine pour les mois à venir : dans ce contexte, la conjoncture des prochains mois mais surtout les futures décisions politiques, attendues au niveau gouvernemental comme au sein de la zone euro, seront essentielles pour confirmer ce retour de confiance encore fragile.

Télécharger en pdf le baromètre Viavoice Moral des cadre - juin 2012