LogoRevueCivique Express RadioClassique
02.12.15

ContresocieteGraphActivités non déclarés : travail au noir, marché noir et multi-trafics. Une « contre-société » en développement, très majoritairement critiquée.
Mais une « contre-société » également légitimée, et dans certains cas acceptée, par un grand nombre de Français. Les activités non déclarées, l’économie parallèle, le travail « au noir » ou la vente de produits hors des circuits légaux… toutes ces activités se développent aujourd’hui, selon les Français, à la faveur de deux facteurs : le développement de l’économie numérique, qui permet de dissimuler par exemple des activités de travail au noir ou des échanges (achats-ventes) de produits sans formalités (fiscales notamment) ; la crise économique et les difficultés sociales ensuite qui, selon les sondés, encouragent la « débrouille », les activités non déclarées permettant par exemple d’arrondir les fins de mois. Au-delà d’une vision binaire de ce qui constitue une « contre-société » ou une économie parallèle, notre étude fait ressortir, de manière précise et inédite, les perceptions d’une opinion publique à la fois en attente de fermeté et de souplesse sur ces questions. Avec aussi une demande de réhabilitation de l’«économie réelle».

Télécharger l'étude "Les Français et la contre-société", publiée le 02.12.15