PasteurGroupemutualite
25/11/2013
 
L’obésité est aujourd’hui au cœur des préoccupations des pouvoirs publics et des professionnels de santé, face au développement rapide des pratiques à risque et des populations touchées (de 8,5 % en 1997 à 15 % de personnes concernées en 2012 selon ObEpi-Roche-Inserm). Cette situation constatée interpelle également une opinion publique de plus en plus sensibilisée sur le sujet et consciente de la nécessité d’endiguer ces évolutions.

1/ Une prise de consciente forte du problème par les Français

Une forte majorité de Français perçoit très nettement l’ampleur du problème de surpoids et d’obésité en France : 65 % d’entre eux estiment ainsi qu’il s’agit d’« un problème majeur de santé publique » (contre 27 % d’un problème « mineur ») et les trois quart (75 %) précisent même qu’il s’agit d’un problème de plus en plus important.

2/ La nature des aliments principalement mise en cause

« Une alimentation trop grasse et trop sucrée » est ainsi la première cause perçue du surpoids et de l’obésité (76 % la citent, dont 48 % comme cause principale), devant d’autres comportements alimentaires liés aux modes de vie comme « manger trop vite » ou « ne pas faire d’activité physique », etc. (75 %, 32 % comme cause principale). Les jeunes de 18 à 24 ans mettent en revanche davantage en cause l’impact des modes de vie (47 % en tant que cause principale) que l’alimentation en tant que telle (34 %). Des résultats qui confirment donc la prise de conscience du grand public des risques liés à une alimentation trop riche par rapport aux besoins nutritionnels quotidiens, et de l’importance des modes de vie pour éviter surpoids et obésité. Allant également dans ce sens, l’activité physique est d’ailleurs considérée comme un « remède » fédérateur aux problèmes de santé puisque 95 % des Français trouvent que celle-ci a un impact « important » sur la santé (dont 49 % « très important »).

3/ Les risques de santé liés au surpoids et à l’obésité bien identifiés

Les conséquences de l’obésité, dans l’esprit des Français, sont prioritairement d’ordre cardiaque. Effectivement, pour 86 % d’entre eux, ce sont les accidents cardio-vasculaires et l’hypertension qui seraient les principaux risques liés à l’obésité. S’ensuivent, dans une proportion moindre, les risques de diabète (56 %) et de cholestérol (53 %). En revanche, les risques psychiques comme la dépression et l’isolement sont peu cités (25 %), même si les plus jeunes les mettent davantage en avant (34 % des 18-24 ans les citent).

Télécharger en pdf le Sondage Viavoice pour Le Groupe Pasteur Mutualité - Novembre 2013