Liberation

18.09.17

La manifestation du 21 septembre des syndicats puis celle du 23 septembre de La France Insoumise divisent les Français en trois "blocs" :
 
- Pour le 21 septembre, 34 % de l’opinion publique dit soutenir le mouvement, contre 31 % qui s’y opposent et 25 % qui "ne s’en préoccupent pas" (10 % sans avis) ;
 
- Pour le 23 septembre, 30 % des Français soutiennent la journée de mobilisation, 30 % s’y opposent et 30 % "ne s’en préoccupent pas" (10 % sans avis) ;
 
- Enfin, 63 % des Français pensent que les forces syndicales et politiques opposées aux ordonnances ne sont pas suffisamment unies.
 
Ces opinions (pour le moins contrastées) ne signifient pas pour autant une adhésion aux politiques de la majorité. Au contraire, trois points de contestation ressortent :
- L’impact économique et social des ordonnances : 68 % des Français pensent qu’elles « favoriseront les licenciements », 60 % qu’elles vont accroître la précarité, et 52 % qu’elles ne favoriseront pas le dialogue social dans l’entreprise.
La pratique du pouvoir : 53 % des Français pensent qu’Emmanuel Macron est « trop autoritaire et ne laisse pas de place à la contradiction ».
La justice sociale : la baisse des aides au logement et la réforme de l’ISF ressortent comme les deux mesures les plus impopulaires de ce début de quinquennat (avec respectivement 58 % et 56 % de Français s’y opposant), laissant à penser que la
majorité aide en priorité les catégories les plus aisées pour 53 % de l’opinion publique.